Memorias de un hombre feliz

3ème extrait...

Vous trouverez les deux premiers ICI et ! Et vous en saurez plus sur l'auteur et son oeuvre en allant LÀ AUSSI...



"Deux doutes me sont venus aussi, le premier technique – pour changer – et le second éthique. Puisque la montre à ressort saute et s’arrête et puisque le temps coule, quand la montre donne-t-elle l’heure exacte ? Quand elle saute ou après avoir sauté ? L’interrogation éthique découle du même phénomène de repos-saut de la montre à ressort. Est-ce que les angoisses qui caractérisent le monde proviennent de là ? J’ai entendu Jota Martinez dire que la patience est un concept que seuls possèdent les impatients.

Cette inexacte exactitude des horloges équivaut à la précision imprécise, c’est-à-dire à l’imprécision imprécise du langage. Découvrir cette analogie tout en écrivant ces mémoires a transformé ce travail en un jeu de mécano semblable à l’horlogerie : trouver le mot qui désigne l’idée, mettre le verbe au temps et au mode qui conviennent – le sujet du temps me poursuit —, trouver pour les mots, les constructions, la ponctuation, le bon rythme qui seront littéralement le sujet qu’ils expriment. Il s’agit d’un problème sans fin et j’avance en m’emplissant de dictionnaires ; dictionnaires qui m’indiquent fréquemment des signifiants insatisfaisants, des synonymes qui disent la même chose mais dans des climats mentaux différents, comme les différences induites par les mots « obèse », « bedonnant » ou « joufflu » pour dire « gros ». Je peux m’occuper une matinée, sans sentir le temps passer, à la recherche d’un mot caché dans un repli de la réalité et qui devra sauter dans mon paragraphe tel un lapin qui sort du chapeau d’un magicien. Et, pendant que je fais ma promenade matinale, pendant les repas et pendant que j’attends le sommeil, je rédige mentalement et je mémorise les phrases entières qui sont destinées à venir s’insérer dans ces mémoires."

Projet de traduction de "Memorias de un hombre feliz" de Dario Jaramillo Agudelo, p.178 de la vo.