En Amérique Latine, la poésie n'est pas le fait d'une minorité de connaisseurs mais plutôt celui d'une foule d'amateurs... C'est une poésie vivante qui mobilise les foules et a ses grands festivals ! En Colombie, depuis 1991, celui de Medellín réunit pendant presque dix jours auteurs et spectateurs dans un même lieu autour d'un même plaisir, d'une même ferveur !

Darío Jaramillo Agudelo (né en 1947 à Sta Rosa de Osos), poète et romancier colombien, fût l'un des artistes invités en 2010...

 

Algún día

Algún día escribiré un poema que no mencione el aire ni la noche;

un poema que omita los nombres de las flores, que no tenga jazmines o magnolias.

Algún día te escribiré un poema sin pájaros ni fuentes, un poema que eluda el mar

y que no mire a las estrellas.

Algún día te escribiré un poema que se limite a pasar los dedos por tu piel

y que convierta en palabras tu mirada.

Sin comparaciones, sin metáforas, algún día escribiré un poema que huela a ti,

un poema con el ritmo de tus pulsaciones, con la intensidad estrujada de tu abrazo.

 Algún día escribiré un poema, el canto de mí dicha.

 Darío Jaramillo Agudelo

De "Poemas de amor" 1986

 

 

Un jour

 Un jour j'écrirai un poème qui n'évoquera ni l'air ni la nuit ;

un poème qui omettra le nom des fleurs, qui n'aura ni jasmin ni magnolia.

 Un jour je t'écrirai un poème sans oiseau ni fontaine, un poème qui éludera la mer

et qui ne regardera pas les étoiles.

 Un jour je t'écrirai un poème qui se contentera de passer les doigts sur ta peau

et qui changera en mots ton regard.

 Sans comparaison, sans métaphores, un jour j'écrirai un poème qui aura ton odeur,

un poème avec le rythme de ton coeur, l'intensité écrasante de ton étreinte.

 Un jour j'écrirai un poème, le chant de mon bonheur.

 

Traduit pour le plaisir par Laurence Holvoet